mardi 5 avril 2016

Cargo Sobre - Thierry Marignac


Avec Cargo Sobre, Thierry Marignac remonte de quelques années la montre gousset de son propre tempo littéraire et nous propose un journal que l'on qualifiera « de bord », puisque sa mise en scène est celle d'un navire de la marine marchande en route pour un nouveau monde déjà ancien. Après Milieu Hostile, un beau roman trop littéraire et trop subtil pour le milieu étriqué auquel son éditeur d'alors l'avait destiné, Marignac décide de prendre le large pour se lancer dans une nouvelle aventure, en continuité avec son Renegade Boxing Club non moins iconoclaste paru à la Série Noire.

Qu'importe le flacon du prétexte littéraire, du moment que lecteur en ait l'ivresse. Car si la privation temporaire d'alcool fait elle aussi partie de l'arrière-plan de la structure narrative de ce court journal, c'est bien à renouer avec une clarté d'esprit et une lucidité que l'auteur aspire, à atteindre une altitude intellectuelle et affective où la raréfaction de l'oxygène et la dépollution des miasmes égocentriques du monde post-moderne provoque autant une douce extase qu'une aérienne sérénité.

Il n'est pas aisé de faire partager à son lecteur ce type d'émotions, ce cheminement très personnel, sans verser dans le nombrilisme, cette plaie du cadavre rachitique de la littérature française, mais Marignac y parvient, haut les cœurs et haut la main qui tient sa plume toujours précise, parfois nostalgique mais jamais plaintive, et ou l'élégance de l'humour n'est jamais loin. Ce Cargo Sobre n'est pas une invitation au voyage, mais une invitation au partage, à l'échange autour des écrivains qu'il aime, des amis qu'il a croisé, des œuvres qu'ils l'ont marqué, des émotions qu'il ressent sur son bateau et au fond de lui-même.

L'évocation de son amie Kathy Acker et du roman Janine d'Alasdair Gray qu'elle lui a fait découvrir en est un exemple marquant, si parfaitement maîtrisé, tellement sincère et chargé d'émotions passées mais encore vibrantes qu'il est impossible au lecteur de ne pas ressentir à son tour une vive émotion où surnage une intense curiosité et nous avons vite cherché cette œuvre énigmatique pour la commander à un bouquiniste britannique en ligne, ce monde de léviathans désincarnés évoqué par l'auteur ayant bien, malgré tout, quelques bons côtés.

Il est des auteurs qui parlent très bien d'eux et il en est d'autres qui parlent des autres, de leur travail, d'une façon qui les sublime et les rend magnifiques et immortels, tout en faisant semblant de parler d'eux, et c'est la non pas une marque de talent, mais une marque de composition personnelle, d'une noblesse aristocratique innée. A la fermeture de ce Cargo Sobre déroutant et émouvant, on ne regrette qu'une chose, c'est que son auteur ne se soit pas embarqué pour une édition du Vendée Globe pour nous livrer un journal de bord encore plus long.

Cargo Sobre, Thierry Marignac, Vagabondes, 8.50 €

Aucun commentaire: