lundi 23 juillet 2018

Revue éléments n°173 : les 50 ans de la Nouvelle Droite / L'érotisme en péril

Dossier : Les 50 ans de la Nouvelle Droite
• Réflexions d’un historien sur un anniversaire, par Olivier Dard
• Une nouvelle génération intellectuelle, par Pascal Eysseric
• Les témoignages et études de Giuseppe Giaccio, Benedikt Kaiser, Rodrigo Agulló, Alberto Buela, Luc Pauwels, Jure Vujic et Danie Goosen.

L’entretien
• Alain de Benoist et Laurent Fourquet

Et aussi...
• Xavier Raufer : « ces politiques de la ville, qui financent les émeutiers ».
• Les indignations rose bonbon du gauchisme chic, par François Bousquet.
• Races, racismes et racialisation, la gauche en folie, par Alain de Benoist.
• Michel Geoffroy : « La super-classe, c’est le trotskisme plus Google ».
• Splendeurs et misères de l’érotisme français, par David L’Épée.
• Jean Cau, l’indompté, par Olivier François.
• Roland Jaccard : « Décervelez les populations et vous tuez l’érotisme ».
• Michel Charlier-Haldorf : un peintre hors des sentiers battus, propos recueillis par Michel Marmin.
• Le syndrome de la ville obèse, entretien entre Julien Damon & Pierre Le Vigan.
• L’esprit des lieux : Alep, par Alain de Benoist, etc.


Disponible dans tous les bons kiosques ou sur abonnement, 6,90 euros.

samedi 2 juin 2018

Un mystérieux canidé non identifié abattu au Montana

L'animal a été tiré par un éleveur le 16 mai dernier alors que celui-ci rôdait autour de son élevage près de la localité de Denton.

Si le spécimen est grossièrement d'apparence lupine, le journaliste du Great Falls Tribune a noté que "the animal shared many of the same characteristics as a wolf; but its ears were too large, it's legs and body too short, its fur uncharacteristic of that common to a wolf".

On note sur ce cliché la fourrure grisâtre très épaisse du spécimen,
la largeur de la tête, ainsi que la bande plus sombre sur la partie dorsale.

On note sur ce cliché la taille importante des oreilles et leur implantation en arrière, ainsi que le front plat.

Du côté des autorités du parc naturel, Bruce Auchly, le responsable communication a déclaré  : "we have no idea what this was until we get a DNA report back".

Bien que nous soyons en 2018, et malgré les sommes de connaissances accumulées depuis le XVIIIe siècle, cet épisode montre qu'il existe toujours des gros canidés sauvages qui ne peuvent être identifiées par aucun des témoins présents, et qui nécessitent une analyse ADN pour le classifier définitivement. 

Par ailleurs, le journaliste se permet d'introduire son article par une question sur la nature de l'animal : " Was it a wolf, some type of hybrid, or a creature that hasn't been seen in Montana since the Ice Age ?"

Une référence à l'âge glaciaire en guise de clin d'oeil aux nombreux partisans du complot en Gévaudan qui, pour masquer leur manque abyssal d'argumentation face au démontage en règle qu'a subi leur théorie conspirationniste dans notre ouvrage La Dévoreuse, ont essayé ici ou là de faire semblant de ne pas comprendre notre piste de travail sur la possibilité d'un génome flottant et résiduel parmi les populations de loups européens et qui aurait transité par l'arc sibérien depuis l'Amérique du Nord (et les forêts du Montana par exemple).

samedi 21 avril 2018

La Fille de la pluie - Folio Gallimard

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-policier/La-fille-de-la-Pluie

Nous avons le plaisir de voir notre roman La Fille de la pluie rejoindre la collection Folio Policier des éditions Gallimard sous le numéro 856.

Disponible en librairie depuis le 19 avril.

lundi 18 décembre 2017

Le loup de Nîmes est-il un loup servier ?

Nous avons été alerté par un lecteur sur le cas du Loup de Nîmes, aussi appelé "le loup solitaire des Costières", qui sévit depuis le printemps dernier sur plusieurs communes de la petite Camargue, et qui a attaqué à ce jour plus de 50 animaux d'élevage.

L'animal a été filmé en juin dans une vigne par Carlos Lopes, un ouvrier agricole. Lors du visionnage du lien qui nous a été envoyé par notre lecteur Frédéric, nous avons été frappés par plusieurs éléments très troublants chez cet animal :

Le profil de la tête montre un crâne très allongé, un front très plat avec un talus peu marqué et des oreilles qui semblent très petites. On note aussi le pourtour de la gueule et la gorge très clairs, et ce qui semblent être des rayures noires sur le bas des pattes antérieures.

De face, la physionomie de la tête change radicalement pour s'inscrire dans une forme triangulaire, avec des oreilles très écartées et en arrière, et un large front plat.

C'est ce profil de crâne et cette implantation des oreilles qui ont permis à nos ancêtres de définir le loup dit "servier", que nous avons relié à plusieurs cas de "bêtes féroces" dans notre enquête La Dévoreuse, le Gévaudan sous le signe de la Bête.

Ci-dessous une illustration de notre enquête qui montre les différences fondamentales entre un loup commun et d'un loup servier (la tête triangulaire, l'implantation des oreilles, la largeur du front, la tête plate de profil) :



On peut effectivement remarquer une similitude très prononcée entre le loup de Nîmes et l'animal visible à droite sur le croquis.

Encore plus remarquable est la capture d'écran qui montre sa robe :


L'animal a le corps plutôt grisâtre, avec une bande plus sombre sur les reins, des rayures plus ou moins prononcées derrière les épaules et les pattes couleur tabac, proche du chevreuil. Là encore, ce sont des caractéristiques retenues par nos ancêtre pour définir le phénotype du loup servier, et qu'on a retrouvé consignées par exemple dans le rapport d'autopsie de la Bête du Gévaudan.

Enfin, notons au-delà de son phénotype les éléments suivants :
  • L'animal est apparu au printemps,
  • L'animal chasse seul, ce qui a été confirmé par la Préfecture du Gard,
  • L'animal a tué des dizaines d'animaux domestiques,
  • L'animal fréquente en journée des zones marquées par la présence humaine,
  • L'animal ne montre aucune crainte ni de l'agriculteur qui le filme, ni de l'engin agricole en marche sur lequel celui-ci est installé.
Ces différents méritent effectivement réflexion !


jeudi 16 novembre 2017

Dossier Polar, revue Livr'Arbitres n°24

L'excellente revue littéraire Livr'Arbitres vient de publier son dernier numéro (#24).

Au menu de celui-ci, un conséquent dossier sur le polar français, et pour lequel nous avons apporté une (très) modeste contribution.

Loin des marronniers poussifs sur le sujet publiés à trois semaines des congés d'été par la presse nationale (les fameux "dix-polars-de-l'été-à-ne-pas-rater"), et généralement sous la forme de publireportages à peine déguisés sur quelques faiseurs de thrillers qui n'ont rien à voir avec le polar, ce dossier vous propose pas moins de 68 pages (et sans aucune réclame comme aurait dit A.D.G.) dédiées à votre genre de prédilection.

Ecléctique, foisonnant, évoquant aussi bien Boileau-Narcejac, Héléna, Fajardie et Manchette qu'ADG ou Brigneau, Dantec ou Jonquet, voici un vrai "dossier Polar" que nous ne saurions que trop vous recommander.

C'est seulement 9 euros et ça se trouve ici : http://livrarbitres.com