Contact

Vous pouvez me contacter à l'adresse courriel suivante :

pierricg(arobase)rocketmail.com

Je vous répondrais personnellement au mieux de mes disponibilités.

vendredi 24 avril 2020

Un Hussard "sur le toit"... Dr Geikil & Mister Hussard

C'est avec grand plaisir que nous avons signé un nouvel épisode de la série du Hussard, publié aux éditions Auda Isarn dans sa collection Le Lys Noir.

L'ouvrage est disponible (incessamment sous peu) auprès de votre libraire ou de préférence directement via le site de l'éditeur (les frais de port y sont offerts).



Julien Ardant jubile. Ce matin, il prend enfin le temps de sortir Arletty, sa rutilante Facel-Vega HK500 délaissée depuis des mois. Lunettes de soleil chaussées, gants de cuir tabac enfilés, le voilà qui quitte la capitale, étouffante et effarante d’absurdités cumulées.
Las, une sortie de route vient ternir cette belle journée, et notre Hussard se réveille groggy à l’hôpital où on lui apprend qu’il a été opéré et que sa rate n’est plus qu’un lointain souvenir. Durant sa convalescence, le Hussard se lie avec un métis de treize ans, Issa, avec lequel il joue aux échecs. Mais un beau matin, la chambre d’Issa est vide et le Hussard apprend que son jeune ami est mort. Très surpris, et bientôt épaulé par les fidèles Lansquenet et Alice, le Hussard va découvrir que cette mort était tout sauf nette…

vendredi 26 juillet 2019

La Bête du Gévaudan : les dernières analyses génétiques du loup d'Eischoll (le Monstre du Valais)

Le Dr Fumagalli, de l'Université de Lausanne, éminent spécialiste du loup en Europe, a récemment attiré notre attention sur deux études scientifiques non disponibles au moment de la publication de notre enquête La Dévoreuse en mai 2017 :

Last but not beast: the fall of the Alpine wolves told by historical DNA (Dufresnes, Miquel, Taberlet, Fumagalli, 2019) ;

Howling from the past : historical phylogeography and diversity losses in European grey wolves (Dufresnes, Miquel, Remollino, Biolaz, Salamin, Taberlet, Fumagalli, 2018).

Que nous disent ces deux études ?

La première nous apprend que le loup d'Eischoll (spécimen VS-1947) et le spécimen GR-1954 :
  • « étaient les derniers survivants extrêmement résistants d'une population lupine endémique que l'on pensait éteinte depuis plusieurs décennies »,

  • « son ADN mitochondrial (H17) avait été détecté dans la région un siècle plus tôt »,
NdA : Son ADN mitochondrial est distinct de celui de la population italienne (H18) qui recolonise actuellement les Alpes.
  • « sur la base d'une analyse crânienne, le British Museum de Londres a d'abord conclu qu'il s'agissait d'un chien et il fallut presque deux décennies pour en accepter la nature lupine authentique malgré une incrédulité générale ».
Ces conclusions scientifiques sont fondamentales. Elles démontrent :
  • la nature sauvage et naturelle du Loup d'Eischoll,
  • la présence historique de ce type de loups dans le massif alpin,
  • la singularité de la boîte crânienne de ce type de loups,
  • La réapparition sporadique d'un spécimen sauvage est tout-à-fait possible.


Autant d'éléments de notre enquête qui se voient confirmer par cette publication scientifique de mars 2019 !

Contrairement à ce que continuent d'affirmer certains militants animaliers qui font semblant de ne pas avoir compris nos recherches, le loup d'Eischoll n'est ni un chien-loup, ni un chien sauvage, ni une anomalie, mais le représentant d'une espèce endémique (c'est à dire spécifique à une région donnée) identifiée par un ADNmt spécifique (H17) et historiquement présent dans le massif alpin et les Balkans, et dont la forme du crâne, tout comme celui de la Bête du Gévaudan, le distingue nettement des loups italiens (H18) qui sont actuellement en train de re-colonier l'Europe.

La deuxième étude met en avant le goulot d'étranglement génétique qu'a constitué le passage du 19e au 20e siècle dans les populations lupines européennes. Sur les 22 haplotypes mitochondriaux identifiés dans la population lupine d'Europe de l'Ouest, 17 ont totalement disparu ! (et ne peuvent donc être reproduits de façon naturelle). En France, on comptait pas moins de 15 haplotypes d'ADNmt différents (il n'en existe désormais plus qu'un seul, celui des loups des Appenins, les loups « italiens », qui recolonisent l'Europe).

Nous posions une question cruciale dans la Dévoreuse : « comment le loup servier a-t-il pu disparaître des écrans radars de la modernité et finir par être oublié ? ». Une question que tous nos lecteurs se sont également posé.

La réponse se trouve dans cette seconde étude, tout aussi fondamentale. Elle démontre que les trois-quarts du matériel génétique des populations de loups européens a disparu avec la quasi extinction de l'espèce au tournant du vingtième-siècle (et son exctinction totale de plusieurs pays dont la France).

L'étude démontre aussi la corrélation probable qui existe entre cette extinction et cet appauvrissement génétique généralisé et les campagnes primées d'extermination menées à la fin du 19e siècle.

Encore une conclusion de notre enquête qui se voient confirmer par cette publication scientifique d'août 2018 !

0Cette étude vient également mettre à mal la thèse de certains militants animaliers qui affirment que les loups du XVIIIe siècle avaient les mêmes comportements que les loups du 20ème siècle observés en captivité. Affirmation difficilement tenable ou crédible une fois que l'on sait que les trois quart des lignées génétiques sont perdues et ne peuvent plus être étudiées, et qu'une seule lignée génétique est la base de toute la population lupine européenne du 21e siecle...


Le loup d'Eischoll, abattu en 1947 dans le canton du Valais en Suisse

Plus que jamais, le loup dit « servier », ce loup roux tigré à tête plate, dont le Loup d'Eischoll est un beau spécimen ressurgi au vingtième siècle, se pose comme le candidat zoologique le plus crédible à l'énigme supposée de la Bête du Gévaudan, et plus que jamais nos conclusions publiées dans "la Dévoreuse" s'imposent comme une conclusion raisonnée, crédible et scientifique.




dimanche 17 mars 2019

Ma Douleur est sauvagerie - 17 avril 2019 - Les Arènes




Ouvrage publié sous la direction d'Aurélien Masson,
collection "EquinoX", Editions Les Arènes.

Sortie le 17 avril 2019



samedi 21 avril 2018

La Fille de la pluie - Folio Gallimard

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-policier/La-fille-de-la-Pluie

Nous avons le plaisir de voir notre roman La Fille de la pluie rejoindre la collection Folio Policier des éditions Gallimard sous le numéro 856.

Disponible en librairie depuis le 19 avril.

mercredi 17 mai 2017